Logo - Entente Interdépartemental entre Causses et Cévennes

Fermer

EN ES

Fermer

Les co-gestionnaires

Accueil Gérer La gouvernance

L’Entente s’appuie, pour la gestion du Bien, sur les co-gestionnaires, à savoir des structures déjà existantes avant la reconnaissance du Bien et qui ont été intégrées dans le processus d’inscription dès la candidature. Les co-gestionnaires sont : le Parc national des Cévennes, le Parc régional des Grands Causses, le Grand site Gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses, les Grands sites de France du Cirque de Navacelles, St Guilhem-le-Désert-Gorges de l’Hérault et le Centre Permanent d’Initiatives à l’Environnement (CPIE) des causses méridionaux.

Ces entités administratives qui couvrent, ensemble, une grande partie du Bien, permettent, sur le zonage de leur compétence, de garantir une protection des paysages. Le parc national et les grands sites notamment sont dotés de documents de gestion régaliens tels que les chartes ou les lois nationales de protection des espaces classés. Le parc régional permet d’avoir une protection contractuelle mais néanmoins forte et à laquelle les communes ont choisi d’adhérer. 

Le Parc national des Cévennes (PnC)

Créé le 2 septembre 1970, le Parc national des Cévennes a pour particularité d’être habité de manière permanente dans son cœur. Sa désignation par l’UNESCO en tant que Réserve de Biosphère en 1985 témoigne de son souci d’allier protection de l’environnement et développement économique et social. 

Le Parc national s’étend sur les départements de la Lozère, du Gard et de l’Ardèche. Il est géré par un établissement public d’État à caractère administratif, placé sous la tutelle du Ministère chargé de la protection de la nature et son siège se trouve à Florac en Lozère.

Le cœur du Parc National, d’une superficie de 93 500 hectares est entièrement englobé dans le Bien inscrit en 2011 au patrimoine mondial de l’humanité.

La biodiversité de ces terres de contraste est particulièrement riche. On dénombre 2 410 espèces animales – dont 45 % des vertébrés et les deux tiers des mammifères de France – parmi lesquelles 20 espèces de chiroptères. Le territoire abrite aussi des rapaces menacés : aigle royal, circaète Jean-le-Blanc, faucon pèlerin, grand duc… Les quatre espèces de vautour, fauve, moine, percnoptère et le gypaète barbu, y vivent grâce à des réintroductions ou des retours spontanés.
La flore est très diversifiée et ravit les amateurs d’orchidées ou encore d’adonis de printemps… De nombreuses plantes remarquables et endémiques fleurissent dans les tourbières et les pelouses du mont Lozère et de l'Aigoual ou sur les vastes étendues steppiques des causses. 

L’État a fixé au Parc National des Cévennes trois grandes missions :

  • connaître et protéger 
  • accompagner le développement durable du territoire 
  • accueillir et sensibiliser 

Le Parc National des Cévennes est l’un des principaux gestionnaires du Bien inscrit (la zone cœur du parc représente 30% de la zone inscrite) et travaille ainsi avec l’Entente Interdépartementale des Causses et des Cévennes pour gérer et protéger ce territoire d’exception au travers de ses propres objectifs. Sa charte a été approuvée par décret le 8 novembre 2013. Ce document de planification, fruit de la loi du 14 avril 2006 de réforme des parcs nationaux, traduit un projet de territoire concerté entre le cœur et ses espaces environnants, l’aire d’adhésion, à laquelle les communes ont libre choix d’adhérer ou pas.
D’une durée de 15 ans, cette charte est constituée d’orientations et d’objectifs qui concernent directement les enjeux du Bien inscrit au patrimoine mondial tel que : valoriser le patrimoine, développer un urbanisme durable, soutenir l’agriculture, gérer l’eau, protéger la nature, les paysages…

En savoir plus : site internet du Parc National des Cévennes

Le Parc naturel régional des Grands Causses (PNRGC)

A la pointe méridionale du Massif Central, le Parc naturel régional des Grands Causses (PNRGC) a été fondé en 1995. D’une superficie de 3 279 km², il regroupe quatre causses majeurs : le Méjean, le Noir, le Larzac et le Sauveterre. Ces hauts plateaux calcaires offrent de vastes étendues entaillées par de profondes gorges aux versants escarpés et boisés. Son siège est basé à Millau, également ville-porte du Bien “Causses et Cévennes”. 

Les forts contrastes d’altitude et d’exposition permettent le développement de plus de 2 000 espèces végétales qui font, notamment au printemps, le bonheur des botanistes. Les nombreux rapaces tels que les vautours fauves et moines, l’aigle royal et le faucon pèlerin sont facilement observables toute l’année, les causses et gorges sont leur royaume ! La pierre calcaire est le dénominateur de tous ces milieux et l’architecture minérale la magnifie, que ce soit dans les petites constructions nécessaires à l’agropastoralisme de jadis (cazelle, jasse), dans les imposantes cités templières et hospitalières au nombre de cinq sur le territoire du parc (La Couvertoirade, La Cavalerie, Sainte-Eulalie-de-Cernon, Le Viala-du-Pas-de-Jaux, St Jean d’Alcas) ou à travers des curiosités géologiques : chaos dolomitiques, gouffres et avens propices à stimuler l’imagination du visiteur. L’agropastoralisme est présent sur ces plateaux depuis toujours et joue encore un rôle important dans l’économie pour le département de l’Aveyron. De nombreux producteurs fournissent le lait pour la fabrication du Roquefort, fromage affiné dans la célèbre grotte de Combalou à Roquefort-sur-Soulzon. 

Les politiques du PNRGC sont fixées par un Syndicat Mixte, établissement public regroupant toutes les collectivités qui ont approuvé la charte du Parc, dans le but d'exécuter les travaux et de fournir des services aux communautés concernées. 

Le PNRGC constitue ainsi un cadre privilégié des actions menées par les collectivités publiques en faveur de la préservation des paysages et du patrimoine naturel (faune et flore), mais aussi de la défense d’une agriculture qualitative, de la valorisation des ressources locales, ainsi que de la valorisation de l’identité culturelle et patrimoniale du territoire. 

Il appuie son action sur une charte qui détermine les orientations de protection, de mise en valeur et de développement et les mesures permettant de les mettre en œuvre.

Dans le cadre de la procédure en cours de révision de la charte, pour la période 2022-2037, son périmètre est étendu à 26 communes du nord de l’Hérault, englobant désormais 119 communes et s’étendant sur 3 805 km². Cette extension permet d’englober l’ensemble du causse du Larzac au sein d’un territoire de projet, par-delà les frontières administratives des départements.

En savoir plus : parc-grands-causses.fr

Les 3 Grands Sites de France

Les organismes locaux en charge des opérations Grand Site de France (Gorges du Tarn et de la Jonte, Cirque de Navacelles, Gorges de l’Hérault). sont également des co-gestionnaires du Bien Causses et Cévennes. Leurs documents de gestion intègrent les enjeux de protection et de conservation du site et mettent en œuvre des mesures incitatives spécifiques.

La politique des Grands Sites de France s’inscrit dans le cadre de la protection des Monuments naturels et des sites instaurée par les Lois de 1906 et 1930.

Elle a pour principal objectif de proposer un accueil de qualité des visiteurs dans des sites naturels classés et très fréquentés.

Il existe plusieurs outils pour les Grands Sites :

  • L’opération Grand Site, démarche proposée par l’État aux collectivités territoriales qui répond à trois objectifs :
    • Restaurer et protéger activement la qualité paysagère, naturelle et culturelle du site.
    • Améliorer la qualité de la visite (accueil, stationnement, circuits, information, animation) dans le respect du site.
    • Favoriser le développement socio-économique local dans le respect des habitants. 
  • Le label Grand Site de France : c’est «  la récompense » d’une Opération Grand Site car il est l’aboutissement de la phase de restauration du site. 

Le Bien des Causses et des Cévennes, inscrit au patrimoine mondial, abrite ainsi une Opération Grand Site :

Les Gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses

Classé par décret du 29 mars 2002, le site couvre 20 000 hectares et concerne les Gorges du Tarn et de la Jonte sur environ 70 km ainsi que les rebords des plateaux calcaires des causses Méjean, Noir et Sauveterre. Afin de le préserver, depuis 2004, une démarche Grand Site est engagée. La Communauté de communes Gorges Causses Cévennes est le chef de file de cette démarche, avec deux autres intercommunalités : Aubrac Lot Causses Tarn, Millau Grands Causses.


Pour plus d’infos : Communauté de communes Gorges, Causses, Cévennes

et deux sites labellisés Grands Sites de France :

Saint-Guilhem-le-Désert – Gorges de l’Hérault 

Site classé par décrets du 25 septembre 1992 et du 22 février 2001, il a reçu le label Grand Site de France en juin 2010. Il est géré par une Communauté de Communes chargée de l’opération Grand site et du plan de gestion. Le site s’est développé autour de l’abbaye de Gellone, édifice du premier art roman languedocien fondé en 804 et du pont du Diable situé sur le chemin de St Jacques de Compostelle. Il s’étend désormais dans les Gorges de l’Hérault et le Val de Gellone.


Pour plus d’infos : https://gorgesdelherault.fr/

Le Cirque de Navacelles et les Gorges de la Vis

Site classé en 1941 puis étendu par décret du 8 décembre 1983, il a reçu le label Grand Site de France le 5 janvier 2017. Il est géré par un Syndicat Mixte chargé de l’opération Grand Site. Il est constitué du Cirque de Navacelles et de ses abords incluant les gorges de la Vis et les trois causses qui le bordent : le Larzac méridional, le causse de Blandas et celui de Campestre et Luc. Sa surface est de 46 163 ha et près de 250 000 visiteurs par an découvrent son gigantesque cirque.
Pour plus d’informations : cirquenavacelles.com 

Le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) des Causses méridionaux

Le CPIE des Causses Méridionaux a pour objet général d’assurer la sauvegarde, la mise en valeur, le développement concerté et durable ainsi que la promotion des causses héraultais et gardois dénommés « Causses Méridionaux » et leurs piémonts « Lodévois » et des « Gorges de la Vis et de la Virenque ».

L’association, fondée en 1994, a été labellisée CPIE en 2002, c’est à dire « Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement ». Les CPIE se positionnent sur l’entrée environnementale du développement durable par l’éducation à l’Environnement et l’accompagnement des territoires. Ils sont très présents sur le terrain pour réaliser des projets avec les acteurs socio-économiques et pour trouver des consensus entre les différents usagers de l’environnement.

Le CPIE des causses méridionaux a la particularité d’être composé à parité d’élus, de socioprofessionnels agricoles et forestiers mais aussi d’associations de protection de la nature, d’éducation à l’environnement et de chasseurs issus des départements du Gard et de l’Hérault. A ce titre, il gère depuis 1994 un programme d’actions concertées de développement durable portant sur l’agriculture, la forêt, l’environnement, l’éducation et la sensibilisation à l’environnement et le tourisme vert.

Pour mener à bien ses missions, le CPIE est structuré autour de quatre pôles :

  • développement territorial (gestion de l’espace) 
  • éducation et sensibilisation à l’environnement (animations tout public, animations scolaires, interprétation, outils pédagogiques …) 
  • un centre de ressources sur l’agriculture et l’environnement (centre de documentation, photothèque, cartographie, SIG, observatoires) 
  • édition / publications. 

Pour plus d’informations : cpie-causses.org