Logo - Entente Interdépartemental entre Causses et Cévennes

Fermer

EN ES

Fermer

Le patrimoine mondial

Accueil Comprendre Un héritage pour l'humanité
01 . L'UNESCO 02 . La convention du patrimoine mondial 03 . Les paysages culturels

« Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »

Acte constitutif de l’UNESCO

L'UNESCO

Célébrer le patrimoine vivant

L'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture) a pour mission de contribuer à l'édification de la paix par la coopération internationale en matière d'éducation, de sciences et de culture

Créée après guerre dans l’objectif de prévenir l’humanité d’un nouveau conflit mondial, l’UNESCO œuvre pour une meilleure compréhension mutuelle et solidarité entre les peuples. Pour ce faire, l’organisation soutient ou coordonne de nombreux programmes tels que le programme Homme et Biosphère, les conventions du patrimoine mondial, du patrimoine subaquatique et du patrimoine immatériel, ou encore la création de laboratoires de recherche.

La convention du Patrimoine Mondial

Reconnaissance et protection

Devant le constat de l’accroissement des menaces et destructions affectant le patrimoine culturel et naturel et entraînant un appauvrissement de notre héritage, l'UNESCO a mis en place en 1972 un dispositif conventionnel international. Celui-ci constitue un outil de reconnaissance et de protection collective du patrimoine naturel et culturel de valeur exceptionnelle, dont la perte constituerait un appauvrissement dramatique de l'héritage transmis aux générations futures. Un site du patrimoine mondial est nommé « Bien » car c’est un héritage commun à l’ensemble de l’humanité.

La Convention du patrimoine mondial distingue le patrimoine culturel tel que les monuments (œuvres architecturales, sculptures, peintures, grottes ornées …), les ensembles architecturaux ou les sites (paysages culturels, sites archéologiques…), et le patrimoine naturel (formations géologiques, habitats d'espèces menacées…). Certains biens peuvent être considérés comme patrimoine mixte, à la fois culturel et naturel.

Le patrimoine mondial en Occitanie

Les critères de l'UNESCO

La notion de paysage culturel apparaît plus tardivement dans la convention (1992). Ces derniers représentent les œuvres conjuguées de l'homme et de la nature. 

Pour accéder au patrimoine mondial, un site ou un monument doit justifier de sa Valeur Universelle Exceptionnelle (VUE), c'est à dire de son caractère inestimable pour les générations actuelles et futures. Cette exceptionnalité est universelle car elle concerne l’ensemble de l’humanité. C’est pourquoi la protection de ce patrimoine justifie un engagement de l'ensemble des nations, par delà les frontières et par la solidarité entre les États parties quand la situation l'exige.

Pour justifier de sa VUE, un site doit répondre à au moins l'un des 10 critères définis par l'Unesco.

Les paysages culturels

Les paysages culturels illustrent l'évolution de la société humaine et son établissement au cours du temps sous l'influence de contraintes physiques et environnementales. Les paysages ruraux sont les types les plus répandus de paysages culturels vivants. Ils ont été façonnés au fil des millénaires par l’interaction homme-nature notamment à des fins de production alimentaire par l'agriculture et l'élevage. De fait, au même titre que les grands monuments bien connus, ils sont représentatifs de l'histoire humaine, des modes de vie et du patrimoine. Le qualificatif de « culturel » adossé à la notion de paysage souligne la présence de valeurs culturelles à la fois matérielles et immatérielles dans le paysage. 

Les trois catégories de paysages culturels

  • les paysages conçus et créés intentionnellement par l’homme (par exemple les jardins),
  • les paysages évolutifs dont la forme actuelle résulte d’un processus d’implantation humaine en réponse à son environnement naturel
  • les paysages associatifs dont la valeur est essentiellement religieuse ou culturelle, sans trace matérielle visible.

Un paysage évolutif peut être relique dans le cas où le processus évolutif s’est arrêté mais dont les caractéristiques matérielles sont encore visibles. Ou bien vivant dans le cas où le processus évolutif est encore en cours.