Logo - Entente Interdépartemental entre Causses et Cévennes

Fermer

EN ES

Fermer

Agropastoralisme

Accueil Gérer L'action

Le soutien des pratiques agropastorales

Des dynamiques autour de la transhumance

Sur les Causses et les Cévennes la pratique de la transhumance est encore vivante et a été identifiée comme attribut culturel du site inscrit au patrimoine mondial. Maintenir et conforter cette pratique complémentaire à l’agropastoralisme sédentaire, est donc un enjeu important.

L’engagement du Parc national des Cévennes

Propriétaire de grandes surfaces, le PnC conventionne avec les groupements d’éleveurs (groupements pastoraux ou coopératives d’éleveurs) pour qu’elles soient valorisées l’été comme estive par les troupeaux transhumants.

Afin d’améliorer les conditions d’hébergement des bergers, le PnC a conduit un projet en faveur de la réhabilitation des cabanes pastorales. Aujourd’hui, toutes les estives bénéficient de cabanes pastorales permettant d’accueillir dignement des bergers.

Le Parc national accompagne les groupements pastoraux, avec ses partenaires (COPAGE, Chambres d’agriculture) dans l’élaboration des plans de gestion, et organise des visites d’estives annuelles.

La transhumance au Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO

Depuis décembre 2023, la pratique de la transhumance en France est également inscrite, avec d’autres pays du pourtour méditerranéen, sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO. 

L’Entente a été mobilisée dans les différentes étapes de ce projet de reconnaissance. En tant que relai local pour les Causses et les Cévennes, notre rôle était d’apporter les connaissances nécessaires à la bonne intégration des spécificités locales du territoire dans le dossier d’inscription.

En savoir plus :

Le Plan de Sauvegarde et de Valorisation de la Transhumance (PSVT)

Dans le cadre de l’inscription de la transhumance au PCI, un plan de Sauvegarde et de Valorisation de la Transhumance (PSVT) a été élaboré. Il intègre notamment une analyse des risques et des menaces pesant sur la continuité de cette pratique. Ce plan constitue ainsi un programme opérationnel de soutien à la transhumance devant permettre d’insuffler une politique dynamique en faveur de la connaissance, de la promotion, de la valorisation et de la transmission de cet héritage culturel.

Quatre axes prioritaires ont été identifiés et des groupes de travail ont été constitués pour définir précisément les actions à conduire et les besoins humains et financiers à mobiliser. L’Entente a co-animé 3 de ces groupes afin de permettre aux acteurs des différents espaces pastoraux de faire valoir leurs besoins et leurs priorités. Les fiches actions rédigées sont les supports à la recherche de financements en 2024. 

Vers un observatoire de la transhumance

Dans le cadre de l’inscription de la transhumance au patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’UNESCO, l’Entente a contribué à la définition d’actions pour la mise en œuvre du plan de sauvegarde et de valorisation de la transhumance. Parmi les actions prioritaires, la mise en place d’un observatoire de la transhumance à l’échelle nationale a fait l’objet cette année de réflexions prospectives en groupe de travail inter-massifs. Les objectifs et actions à mener ont été précisés et la recherche de financements est en cours.

Dés aujourd’hui les données existantes sur le pâturage collectif en France ont été valorisées avec l’aide de l’outil Viz’Agreste développé par le ministère de l’agriculture. Cet outil, qui permet de visualiser des données, des graphiques et des cartes sous la forme d’un récit numérique, dresse un portrait inédit de la transhumance en France sous une forme nouvelle et attractive. 

Des dynamiques autour des terrasses agricoles

Les terrasses, architecture en pierre sèche issue de savoir-faire locaux, sont emblématiques du patrimoine cévenol, et ont été identifiées comme attribut culturel des Causses et Cévennes. Malgré les problématiques que posent leur entretien et leur exploitation, les terrasses sont toujours indispensables à la production agricole et à l'équilibre économique des exploitations en Cévennes, en plus d’être un témoignage exceptionnel à préserver.

Les terrasses face aux aléas climatiques

En 2021 nous avons eu l’opportunité de réaliser une étude pour mieux appréhender l’influence d’un renforcement des épisodes cévenols sur le patrimoine de terrasses. Ce travail nous a permis de mieux comprendre la façon dont les systèmes de terrasses étaient autrefois exploités, les faiblesses dans leur gestion contemporaine et les enjeux pour la profession agricole. Les préconisations formulées dans cette étude nous ont permis d'élaborer des pistes d’actions auxquelles l'Entente souhaite pouvoir donner prochainement des perspectives de mise en œuvre.

Des dynamiques autour du sylvopastoralisme

Le sylvopastoralisme mêle intérêts agricoles et sylvicoles en alliant alimentation du bétail et valorisation forestière. Le territoire Causses et Cévennes est reconnu notamment pour ses paysages ouverts mais de nombreux espaces sont boisés et certains sont pâturés par les troupeaux. Les enjeux autour de cette pratique vont se renforcer notamment face aux impacts du changement climatique. L’Entente se positionne, en associant au maximum les acteurs intéressés, pour faciliter l’appropriation de cette pratique qui reste complexe dans sa mise en œuvre. Plusieurs actions tournées vers le sylvopastoralisme sont intégrées dans les Chartes forestières Sud Lozère et Pays Cévennes.

En 2022, des enquêtes visant à capitaliser les expériences et les projets sylvopastoraux locaux ont été menées par des étudiants. Parallèlement, l’Entente anime un groupe de travail dédié au sylvopastoralisme sur le territoire Causses et Cévennes.

L’agro-sylvo-pastoralisme en forêt méditerranéenne

Comment combiner les ressources agricoles, forestières et pastorales pour la valorisation et la préservation des espaces forestiers méditerranéens ? C'est la question de départ de l’Association Forêt Méditerranéenne qui a guidé leur cycle de réflexion mené entre 2020 et 2021. Ces travaux ont abouti à la production de ressources documentaires en ligne sur le site de l’association.

Des actions pour une meilleure connaissance des systèmes agropastoraux

Un observatoire de l’agropastoralisme pour renforcer nos connaissances

L’Entente, au travers de son observatoire de l'agropastoralisme, capitalise des données générales sur l’activité d’élevage (nombre d’exploitations, typologies, cheptels, assolements, pratiques...) ainsi que sur le contexte socio-économique (conjonctures, filières, politiques agricoles et environnementales, changements climatiques...).

Ces données et indicateurs permettent de dresser un portrait du territoire et de suivre les évolutions et leur influence sur les paysages agropastoraux. C'est un outil de connaissance, d'aide à la décision et de communication qui permet d’objectiver des tendances et de rendre compte de l’état de conservation du site.

En outre, l’acquisition de connaissances est généralement un préalable indispensable à l’élaboration d’un état des lieux sur une thématique données. L’observatoire met à disposition un socle technologique pour le traitement de données mais aussi un espace d’échanges pluridisciplinaires où la donnée est le support des expertises et du dialogue. Les études thématiques menées par l’Entente alimentent l’observatoire autant qu’elles peuvent y puiser de la connaissance ; elles contribuent à l’interprétation des données et à l’élaboration de recommandations de gestion.

Pastoscopie : un panorama du pastoralisme en région Occitanie réalisé par la Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie

« Que représente l’activité pastorale dans le paysage régional, combien d’exploitations sont concernées ? Quel poids dans l’économie agricole régionale ? Quels sont les différents types de pastoralisme et quelles en sont les caractéristiques ? » Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, dans un contexte où les défis et les enjeux sont toujours plus nombreux, un travail d’enquêtes auprès des acteurs régionaux et d’analyses de bases de données fournies par la DRAAF Occitanie a été mené en 2020 et 2021. L’ensemble des résultats sont présentés dans un document de synthèse paru en juin : la Pastoscopie. Des références qui vont permettre de situer le pastoralisme sur Causses et Cévennes au regard des caractéristiques de la pratique au niveau régional.

La prise en compte de l’agropastoralisme dans les politiques publiques

Veille sur la Politique Agricole Commune (PAC)

La reconnaissance des surfaces pastorales aux aides de la PAC est au cœur des préoccupations sur le territoire des Causses et des Cévennes. Ces surfaces constituent en effet plus de 80 % de la surface agricole utile du territoire et contribuent non seulement à la viabilité économique des exploitations par leurs ressources fourragères, mais aussi à l’exceptionnalité des paysages des Causses et des Cévennes.

Les règles d’admissibilité des surfaces pastorales aux aides de la PAC peuvent évoluer entre les différentes programmations. En particulier, la reconnaissance des surfaces pastorales à ligneux prédominants telles que les châtaigneraies est souvent remise en question par les politiques européennes qui peinent à intégrer les spécificités locales. Ces modifications peuvent fortement déstabiliser l’économie des exploitations agropastorales du territoire. C’est pourquoi, lors des périodes de négociation, l’Entente mène un travail de veille afin d'être informée des nouvelles orientations prises et d’alerter ses partenaires et les instances supérieures en cas de dérives.

Aider la transmission des savoirs agropastoraux

Transmission Past'Orale

Le projet Transmission Past’Orale, piloté par le CIVAM Empreinte, visait à comprendre, échanger et transmettre les savoir-faire agro-pastoraux locaux grâce à des vidéos d'autoconfrontation. Après 2 ans de travail mené par les nombreux partenaires du projet, une importante vidéothèque a pu être constituée.

Cette dernière regroupe l’ensemble des vidéos réalisées, chacune montrant un geste technique d’un berger dans une situation professionnelle, ainsi que l’explicitation du geste par le berger lui-même. Deux parcours permettent, grâce à une sélection de vidéos, de se confronter à des pratiques différentes, dans des contextes variés, sur un thème donné. Des séquences pédagogiques créés par des formateurs et mises en œuvre auprès de leurs apprenants sont accessibles à tous. Conseillers, formateurs, apprenants, éleveurs, ces ressources peuvent intéresser de nombreux acteurs. Une plateforme en ligne permet l’accès à toutes les productions du projet !

Projet PastoM2

Le projet PastoM2 (Pastoralisme du Massif-Central 2) porté par Auvergne Estive et par la Convention interrégionale du Massif Central associe 7 autres partenaires, dont le service pastoralisme de la Chambre Régionale d’Occitanie.

L’Entente porte une action relative à l’axe 1 du projet tourné vers l’accompagnement des estives, des éleveurs, des bergers et des territoires pastoraux. L’action consiste à réaliser 3 vidéos qui serviront de support de sensibilisation, d’information, de formation. Chaque vidéo présentera un système de production bien distinct (ovin lait pastoral, ovin viande pastoral, caprin lait pastoral) et détaillera la place des espaces pastoraux dans le système alimentaire d’un éleveur. Des données technico-économiques générales seront également mobilisées pour renforcer le message transmis.

Le soutien aux filières de l’agropastoralisme

Un territoire riche de ses projets alimentaires territoriaux (P.A.T.)

L’Entente suit et s’investit dans les différents PAT présents sur le territoire pour y faire valoir au mieux les enjeux relatifs aux systèmes agropastoraux et aux produits qui en sont issus. En effet, sur le territoire, pas moins de 4 PAT sont en cours : Alès Agglomération, département de la Lozère, PETR Sud Lozère et Pays Viganais. Cet engagement est à tenir sur la longueur pour que les filières de l’agropastoralisme des Causses et Cévennes bénéficient au mieux de cette dynamique « alimentaire » de territoire.

Les coulisses d’un terroir

En 2019, l’Entente a été retenue dans le cadre de l’appel à projets « Voyager autrement à la découverte des terroirs du monde » de la Fondation Paysages. Le but de cet appel était d’initier une offre de tourisme social qui permette de découvrir des métiers, savoir-faire ou filières liés à un site patrimonial. Conçu dans ce cadre avec l’appui de l’association « En Chemin... », le projet « Dans les coulisses d’un terroir » visait à faire découvrir à des jeunes en reconversion les métiers et savoir-faire liés aux filières agropastorales du territoire Causses et Cévennes. 

3 journées de découvertes des filières « lait », « laine » et « produits carnés & cuir » ont pu être proposées à plusieurs reprises entre le printemps 2020 et le printemps 2021 auprès des 5 missions locales engagées dans le projet, avec des groupes constitués de 10 à 15 jeunes. 

Pour conclure ce projet, un guide a été édité afin de partager l’expérience acquise.

Agroécolab

Le programme d’actions Agroécolab (2019-2022) financé par l’Europe et porté par la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron faisait suite au PEI-DIAL (Partenariat Européen pour l’Innovation - Dispositif d'Innovations Agroécologiques Locales). Il était centré sur l’autonomie alimentaire des élevages ovins lait dans le sud Aveyron. L’Entente a pu suivre ce projet qui rassemblait de nombreux partenaires : UNOTEC, le Service élevage de la Confédération générale de Roquefort, l’AVEM, le lycée La Cazotte, le PNR des Grands Causses, l’INRAe... Plusieurs groupes d’agriculteurs étaient également associés à la réflexion et aux actions.

Les objectifs du projet étaient notamment de capitaliser et d’échanger les savoirs, les méthodes, les pratiques, et d’accompagner leur développement et leur diffusion vers les agriculteurs, les techniciens et les étudiants. L’adaptation au changement climatique, la gestion des prairies et des parcours ont été des thèmes majeurs du travail réalisé. 

Le projet a également contribué à la sensibilisation de techniciens, au travers de la méthode Pâtur’Ajuste, pour une meilleure compréhension du potentiel et des dynamiques des végétations des parcours et à leur mobilisation par les éleveurs dans leur système d’alimentation. 

RUR’UP

Le projet RUR’UP était tourné vers l’innovation dans l'éducation en faveur du développement durable des zones rurales. Projet international de coopération, financé par l’UE (Programme Erasmus+), il a rassemblé des établissements d'enseignement supérieur et des organismes locaux de développement rural de 7 pays différents. Les Causses et les Cévennes étaient intégrés en tant que territoire d’étude.

RUR’UP a permis de développer et de tester un module de formation unique transdisciplinaire comprenant des outils d'apprentissage en ligne, des études de cas et des travaux pratiques sur le terrain. L’objectif du projet était de sensibiliser les futurs professionnels du développement local aux spécificités de territoires comme Causses et Cévennes, qui par l’activité agropastorale, contribuent à la préservation de l'environnement, du patrimoine rural et traditionnel et de la biodiversité.

Plus localement, les ressources produites peuvent servir à la sensibilisation des agents techniques et des élus des collectivités.

Mil'ouv

Le programme Life+ Mil'ouv conduit de 2013 à 2017 a contribué à la mise en œuvre de référentiels pastoraux et écologiques en favorisant la diffusion de méthodes à destination des acteurs de l’agropastoralisme. Ce projet visait à améliorer l’utilisation des ressources naturelles par l’élevage et l’état de conservation des habitats agropastoraux méditerranéens.

L’ensemble des outils et publications produits dans le cadre du projet sont toujours disponibles et accessibles.